Archive by Author

Facebook peut utiliser tout ce que vous Ă©crivez, mĂȘme si vous ne le publiez pas | La solution

16 Mai

Que se passe-t-il lorsque vous Ă©crivez un statut Facebook ou que vous commencez Ă  commenter sous une photo Facebook d’un ami, mais qu’aprĂšs un peu ou beaucoup de rĂ©flexion vous dĂ©cidez de ne pas publier ce message ?

De votre cĂŽtĂ©, rien ou presque : vous supprimez le texte, vous fermez l’onglet et vous passez Ă  autre chose. Du cĂŽtĂ© de Facebook, en revanche, tout ce que vous avez Ă©crit, mais que vous avez finalement choisi de ne pas rendre public, est sauvegardĂ© et peut ĂȘtre analysĂ© par les Ă©quipes du rĂ©seau social, rĂ©vĂšle un article de Slate du 12 dĂ©cembre.

Vous n’ĂȘtes pas Ă  l’abri de l’espionnage sur internet, encore moins sur Facebook. Tous vos donnĂ©es privĂ©es ne le sont pas vraiment sur Facebook.

Tous les contenus que vous partagez avec vos amis sur facebook dans les messages privés, les groupes privés sont potentiellement lu

Une solution: Datarmine

Datarmine, acronyme de « Data are mine », il vous permet chiffrer automatiquement toutes publications « DatarminĂ©es » et les rendent dĂ©chiffrables que par vos amis Darmines ou de confiance. Facebook ne verra que du charabia.

C’est une extension gratuite pour navigateur qui vous permet d’utiliser facilement des algorithmes complexes de chiffrement asymĂ©trique. En utilisant datarmaine, vous empĂȘchez vos rĂ©seaux sociaux prĂ©fĂ©rĂ©s d’avoir accĂšs Ă  vos publications et archive, vous dĂ©cidez qui de vos amis pourra la lire, et pendant combien de temps.

Avec Datarmine, reprenez en main votre vie privĂ©e et N’oubliez pas que ce que vous publiez aujourd’hui peut se retourner contre vous demain. Quel que soit le rĂ©seau social, ne laissez aucune trace, dĂ©cidez de qui pourra dĂ©chiffrer vos publications et de la durĂ©e de vie de vos publications.

Pour l’instant seule la version Chrome du Plu-gin  existe et installable depuis votre ChromeStore sur le lien Datarmine Install (Chrome)

 Vous trouverez une bonne documentation sur le site de l’Ă©diteur Datarmine

Publicités

Astuces informatiques|Installer Quantum GIS sous Linux Ubuntu

4 Mar
Quantum GIS sous Linux Ubuntu

Quantum GIS sous Linux Ubuntu

Quantum GIS ou simplement « QGIS » pour les habituĂ©s, est un SystĂšme d’Information GĂ©ographique (SIG) convivial distribuĂ© sous licence publique gĂ©nĂ©rale GNU. C’est un projet officiel de la fondation Open Source Geospatial (OSGeo). Il est compatible avec Linux, Unix, Mac OS X, Windows et Android et intĂšgre de nombreux formats vecteur, raster, base de donnĂ©es et fonctionnalitĂ©s.

Il s’agit concrĂštement d’un logiciel de traitement de donnĂ©es SIG en vu d’en faire des cartographies numĂ©rique ou sur n’importe quel support.

PassionnĂ© du libre, je viens partager avec vous quelques astuces pouvant vous faciliter l’installation de ce logiciel « en ligne de commande » sous Linux Ubuntu. Cette mĂ©thode marche trĂšs bien avec la version 12.04. J’avoue que je ne jamais essayĂ© avec les versions supĂ©rieurs ou infĂ©rieurs au 12.04; peut-ĂȘtre que ça peu marcher ou pas.(PS: merci de publier en commentaire si cela marche ausi avec d’autres versions de linux ou pas)

Alors voici comment procéder:

1: Ouvrez le Terminal de votre linux Ubuntu et entrez les lignes de codes suivants

sudo apt-get install add-apt-repository

sudo add-apt-repository ppa:ubuntugis/ubuntugis-unstable

sudo apt-get update

sudo apt-get install qgis

L’installation ne prendra que quelques minutes et c’est Ok.

BientĂŽt l’impression 3D au service de la mĂ©decine au Togo

1 Jan

Une dĂ©lĂ©gation du WɔɛLab LomĂ© dans les locaux du Centre National d’Appareillage OrthopĂ©dique (CNAO) de LomĂ©

L’idĂ©e est de permettre Ă  l’Ă©quipe du Woelab de faire une prise de contact avec les outils traditionnels mĂ©dicaux en vu d’identifier une premiĂšre piĂšce mĂ©dicale qui sera directement fabriquĂ©e et d’imaginer les amĂ©liorations que peut apporter l’impression 3D dans le secteur de la santĂ© en Afrique pour la rĂ©alisation de prototype concret de ces outils.
Cette premiĂšre visite marque le dĂ©but d’une sĂ©rie de prospection et de concertation du WoeLab et des professionnels de la santĂ© au Togo dans leur volontĂ© commune de mettre le Togo Ă  l’avant garde de la rĂ©volution 3D dans le domaine sanitaire au Togo.

600627_750994771597170_1519839655_n

En prĂ©lude Ă  cette premiĂšre visite de prospection, le WɔɛLab Ă  organisĂ© le Vendredi 27 DĂ©cembre 2013 Ă  LomĂ©, la premiĂšre table ronde autour du thĂšme de l’impression 3D et ses applications dans le domaine mĂ©dicale en Afrique. Cette confĂ©rences Ă  rĂ©unie des makers et d’une quarantaine de membres de l’Ă©lite mĂ©dical togolais.
A la fin du dĂ©bat, trois (3) recommandations ont Ă©tĂ© adoptĂ©es dans le but d’avoir des idĂ©es prĂ©cises afin de passer aux choses concrĂštes pour la suite de l’initiative : 1.) Il s’agit d’identifier une premiĂšre piĂšce mĂ©dicale qui sera directement fabriquĂ©e, 2.) Aller Ă  la prĂ©fĂ©rence de l’impression sur mesure selon les besoins et exigences du client,
3.) DĂ©velopper un plan d’affaire pour le projet.En d’autres termes, crĂ©er une Start-Up qui va s’occuper de dĂ©velopper la fabrication des outils mĂ©dicaux et d’organes humains pour des malades qui en ont besoin.

BootWɔɛCamp 2O13: le grand rendez-vous des communautĂ©s Makers d’Afrique, c’est du 27 au 29 DĂ©cembre Ă  LomĂ©

22 DĂ©c

BootCampLomé 2013

WɔɛLab organise la seconde Ă©dition de son gros Ă©vĂ©nement de fin d’annĂ©e: BootWɔɛCamp! Le grand rendez-vous des communautĂ©s Makers d’Afrique. L’Ă©dition de cette annĂ©e se tiendra les 27, 28, 29 DĂ©cembre 2013 Ă  ESGIS de LomĂ© quartier BĂš, sur la Rue de l’OCAM. Sont attendus Ă  LomĂ© pour l’Ă©vĂ©nement, une cinquantaine de jeune makers d’Afrique et de ces environs, provenant d’une dizaine de pays.
Le BootWɔɛCamp ?
Atelier participatif de bricolage et fabrication de machines de tous genres avec des petits moyens (robots, ordinateurs, imprimantes 3d, jouets etc.), le BootCamp est un Ă©vĂ©nement panafricain qui se veut le rendez-vous des communautĂ©s Tech et Makers de tout le continent. Trois jours d’ateliers intensifs, de confĂ©rences et de dĂ©monstrations.

La participation Ă  cette fĂȘte internationale de l’innovation technologique et du partage de connaissance , est libre et gratuite Ă  toute le monde. Seule condition: pas de spectateurs au cours de l’Ă©vĂ©nement. Tous les participants doivent s’impliquer dans au au moins un des projets dĂ©veloppĂ©s sur place et en Ă©quipe.

Un togolais bouleverse le monde de la tĂ©lĂ©phonie et des tĂ©lĂ©coms

29 Nov

Une technologie qui permet de distribuer les services de tĂ©lĂ©phonie, Internet et images, sans recourir au moindre cĂąblage. C’est l’étonnante invention d’un Togolais de la diaspora africaine en France, Victor Kossikouma AgbĂ©gnĂ©nou. Son pari: le tĂ©lĂ©phone pour tous, accessible partout, et parfois gratuit en appel local. Une invention a vu le jour, grĂące Ă  un Africain, et promet des lendemains meilleurs pour le continent noir. l s’agit d’ un systĂšme de communication polyvalent sans fil, le PWCS ( Polyvalent Wireless Communication Systems). Une technologie Ă©tonnante qui permet, Ă  partir d’une connexion haut dĂ©bit satellitaire, de distribuer les trois services de tĂ©lĂ©phonie, internet et images, sans recourir au moindre cĂąblage. Le pari de l’inventeur: le tĂ©lĂ©phone pour toutes les bourses, accessible partout, et parfois gratuit en appel local. Ce sera le tĂ©lĂ©phone des peuples, peut-ĂȘtre du siĂšcle. Une crĂ©ation 100% africaine qui va dĂ©senclaver les zones reculĂ©es et rĂ©trĂ©cir la disparitĂ© numĂ©rique entre riches et pauvres. MĂȘme certaines villes et campagnes dans les pays dĂ©veloppĂ©s en ont bien besoin.

L’Afrique d’abord

Cette invention est une oeuvre du laboratoire Ka-Technologies, grĂące Ă  l’ingĂ©niositĂ© et Ă  dix annĂ©es de recherche de son directeur, un Togolais de la Diaspora africaine en France,Victor Kossikouma AgbĂ©gnĂ©nou. Ce gĂ©nie africain est sur le point de bousculer les idĂ©es reçues, l’ordre mondial de la technologie. A son sujet, le rĂ©dacteur en chef d’un magazine français d’informatique souligne avec enthousiasme qu’habituellement, c’est le Nord qui produit et le Sud consomme. Le PWCS vient transformer cette voie Ă  sens unique et, lorsqu’il sera opĂ©rationnel, sera un moyen de construire plus de ponts que de murs entre les peuples.

Rien ne prĂ©disposait ce Togolais, la quarantaine, Ă  devenir le pĂšre du systĂšme de tĂ©lĂ©communication le plus ambitieux de ce dĂ©but du 21Ăšme siĂšcle. Il est VĂ©tĂ©rinaire de formation, diplĂŽmĂ© de l’AcadĂ©mie de Moscou et de l’Ecole SupĂ©rieure de Maisons-Alfort en France. Ce docteur des animaux, dĂ©jĂ  dĂ©positaire de quatre brevets d’invention dans le domaine mĂ©dical, a de quoi ĂȘtre fier de sa nouvelle trouvaille en tĂ©lĂ©com, le “PWCS.” Il montre Ă  la face du monde que la thĂšse rĂ©pandue selon laquelle des tares pĂšsent sur les Ă©paules des noirs, les empĂȘchant d’inventer, de retrouver leur situation antique des civilisateurs de l’humanitĂ©, est un mensonge sacrĂ©, un appĂąt de type raciste.

Un pari difficile


Le gĂ©nie secourable, Docteur Kossikouma AgbĂ©gnĂ©nou, s’est vu proposer par des amĂ©ricains et suisses, le rachat de son brevet contre des millions de dollars. Mais il leur oppose un refus, son souci premier Ă©tant de privilĂ©gier le continent. “Ils sont venus me voir dans mon labo situĂ© au sous-sol d’un immeuble sur l’avenue des Champs ElysĂ©es Ă  Paris. AprĂšs de longues heures de discussions tendues, confie t-il, je leur ai dit que mĂȘme si je dois vendre la license, ce sera assorti d’une condition indiscutable, celle qu’ils acceptent d’exploiter le produit partout ailleurs dans le monde, Ă  l’exception de l’Afrique, me laissant ainsi le droit de traiter en personne avec le continent noir”. Mais face Ă  l’intransigeance de ses visiteurs qui tenaient Ă  retourner Ă  tout prix Ă  New York avec le brevet, l’inventeur a mis fin au deal : “Vous savez, je suis dĂ©jĂ  dans une cave, je ne peux pas descendre plus bas”. Affaire close.

Ce rejet, inhabituel, n’est pas le plus facile des gestes Ă  accomplir. “L’Afrique d’abord, Kossikuma aprĂšs”, tel est le leitmotiv de cet homme dont le sens de l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral est sans commune mesure avec les habitudes courantes. Son pays d’origine, le Togo, est souvent citĂ© comme un cas de corruption. Beaucoup d’autres sur le continent souffrent atrocement du mĂȘme flĂ©au. La terre qui l’a adoptĂ©, la France, n’est pas des plus vertueuses non plus. D’oĂč alors Dr AgbĂ©gnĂ©nou tient-il cette intĂ©gritĂ© morale et son dĂ©tachement par rapport Ă  l’argent ?


 Mais pas impossible

Le produit est prĂȘt pour passer Ă  sa phase industrielle. Mais l’Afrique qui a toujours plus d’un tour dans son sac semble lui rĂ©server un sort pour le moins cocasse. AprĂšs plusieurs va-et-vient sur le continent, l’inventeur fait l’amĂšre constat que les autoritĂ©s africaines sont paradoxalement rĂ©ticentes Ă  ouvrir les espaces nationaux et Ă  accorder les autorisations officielles nĂ©cessaires.

Docteur Victor AgbĂ©gnĂ©nou, loin de baisser les bras, continue de se battre bec et ongles pour forcer la main aux dĂ©cideurs, afin que soit rendu opĂ©rationnelle sa technologie de pointe qui, selon les experts, a 30 (trente) ans d’avance sur les occidentaux. Dans cette histoire, on peut dire que MĂšre-Afrique, une fois encore, voit certains de ses propres enfants combattre ses intĂ©rĂȘts supĂ©rieurs, au profit de riches commerçants Ă©trangers.

Au nom de la fierté africaine

C’est peut-ĂȘtre le lieu d’en appeler Ă  une forte mobilisation de tout ce que regorge encore le continent comme hommes de valeurs, des personnalitĂ©s dont l’opinion compte ( Kofi Annan, Joaquim Alberto Chissano, Alpha Oumar Konare,Olusegun Obasanjo), le conseil des sages de l’UA, la Fondation Mo Ibrahim, les Ă©lites africaines de la diaspora afin qu’ils accompagnent la promotion de ce produit stratĂ©gique auprĂšs des dĂ©cideurs politiques du continent. Le “PWCS” fait certainement partie des symboles palpables de la renaissance africaine et de l’indĂ©pendance dont il est abondamment fait mention ces derniers temps.C’est aussi un apport non nĂ©gligeable au combat contre la fracture numĂ©rique dont le beau continent est la plus grande victime.

Source: penseesnoires.info